Historique

Contenu de la page : Historique

Un peu d’histoire

Jusqu’à la Révolution, la majeure partie des terres situées sur la rive droite de la rivière appartenait aux moines de Saint-Victor de Paris, qui les géraient par l’intermédiaire de leur ferme de Faronville, située sur la paroisse voisine de Boissise-le-Roi, hameau d’Orgenoy. Sur le premier cadastre, datant de 1826, on peut voir la ferme de Faronville comme une île dépendant de Saint-Sauveur au milieu du territoire de Boissise.

Jusqu’au début du siècle, il y avait quelques grosses fermes et de petites exploitations. La culture de la vigne, qui était importante jusque vers 1890, a totalement disparu, l’élevage aussi. Il ne subsiste que quatre fermes, avec des cultures en grandes surfaces : maïs, tournesol, colza, céréales diverses et betteraves à sucre. Il y a aussi un ensemble de cultures sous serres.

De quand date Saint-Sauveur ?

S’il est vain de tenter de répondre à cette question souvent posée, on a cependant quelques notions de l’histoire locale ancienne :

  • Dans les vieux textes, son nom était Sanctus Salvator super Scholam.
  • On a identifié des vestiges de villa gallo-romaine le long du chemin qui prolonge la rue des Grillons vers Soisy.
  • Il semble qu’il y ait eu un château dans le hameau d’Étrelles ; en 1723, un terrier de l’abbaye de Saint-Victor en fait mention, mais on ignore son emplacement.
  • On sait que l’École a été très tôt canalisée pour alimenter les moulins. Dès 1369, un texte fixa les charges des riverains, qui devaient l’entretien du lit de la rivière.
Dernière mise à jour de ces informations : 10 avril 2015