La rivière

Contenu de la page : La rivière

La rivière créatrice

Connaissez-vous l’École ? Non pas celle de Charlemagne, mais la charmante rivière qui arrose notre village ?

Elle prend sa source au Vaudoué, à l’ouest de la forêt de Fontainebleau, en lisière du massif des Trois Pignons. Après avoir doucement serpenté vers Oncy, Milly-la-Forêt, Courances, Dannemois, Saint-Germain-sur-École, la Planche, Saint-Sauveur, Pringy, elle décide de rejoindre la Seine, sa grande sœur, à Ponthierry.

Sur le territoire de notre commune, nous la voyons au sud comme un cours d’eau tranquille. Mais en aval du moulin de la Fosse, la rivière a creusé une gorge, profonde de 32 m, dans le calcaire de Champigny. On observe bien ce passage encaissé et ses versants boisés au lieu-dit la Planche-Coûtant. En aval, la rivière alimente des étangs abritant de nombreux oiseaux d’eau, sédentaires ou de passage.

Un autre cours d’eau marque profondément le paysage de la commune : le ruisseau des Fontaines. Il draine les bois de Nainville, alimente une ancienne pièce d’eau dépendant d’un château, dit des Fontaines, qui fut détruit vers 1835 et dont les restes sont difficilement identifiables, puis rejoint l’École un peu en amont de la mairie.

...et moteur économique

L’École a longtemps été pour nos aïeux un pôle économique important. Productrice d’énergie, elle faisait tourner, tout au long de son cours, une vingtaine de moulins. A Saint-Sauveur même, deux moulins à grain ont fonctionné jusqu’au début du siècle dernier et leur production s’exportait jusqu’à à Villejuif et Guignes-Rabutin. Ils apparaissent dans un règlement de 1369, leurs bâtiments existent toujours : le moulin d’Étrelles est situé à l’entrée de la rivière dans la commune, et le moulin de la Fosse à 500 m en aval du premier.

Une autre activité économique à Saint-Sauveur était le blanchissage. Beaucoup de femmes étaient blanchisseuses et employaient des laveuses-repasseuses. Elles travaillaient surtout pour Paris. Le lavage se faisait le vendredi, jour où les moulins ne tournaient pas, les vannes étant fermées pour remonter le niveau de l’eau. Le lavoir était un lieu de travail, mais c’était également un lieu de rencontre où s’échangeaient de nombreux papotages…

.

Au détour d’un virage, vous découvrirez son paysage doux, boisé, changeant au gré de la lumière... Jeunes et moins jeunes, elle attend votre visite. Tôt ou tard vous irez à l’École !

Dernière mise à jour de ces informations : 13 avril 2015

A noter

Aujourd’hui, la vallée de l’École incite à la promenade et à la méditation.